Écoutez, c'est un livre !

NEWSLETTER
Illustration: Karim Adduchi - Photographer: Fabian Landewee - Model: Simon Becks
A la fois caustique et jubilatoire, une plongée sans complaisance mais nostalgique dans l’univers rock’n roll des eighties.
QUI EST VERNON SUBUTEX ?
Une légende urbaine.
Un ange déchu.
Un disparu qui ne cesse de ressurgir.
Le détenteur d’un secret.
Le dernier témoin d’un monde révolu.
L’ultime visage
de notre comédie inhumaine.
Notre fantôme à tous.
LE RETOUR DE VIRGINIE DESPENTES
Tome 1
Chroniques et avis
Blog
Le texte de Despentes est d’une lucidité effroyable.
Acide et efficace, l’écriture laisse à peine au lecteur (ou auditeur) le temps de souffler.
Lire la suite

Elle met dans la bouche de certains personnages toute la haine et la rancœur qu’on peut trouver dans notre société, le racisme, le sexisme, l’abandon de soi. Elle brosse le portrait d’un Paris violent et cruel, d’une société âpre et en déclin. Acide et efficace, l’écriture laisse à peine au lecteur (ou auditeur) le temps de souffler. Beaucoup ont parlé de claque, c’est vrai qu’on n’en ressort pas indemne, et, même si je n’ai pas tout aimé, j’apprécie les livres qui bousculent et je ne manquerai pas de lire ou d’écouter la suite. A souligner la remarquable interprétation du lecteur Jacques Frantz qui, avec une telle voix, incarne si bien Vernon et son monde…

http://doucettement.over-blog.com/
Presse
Accro à Subutex
Tout chez Despentes vient comme une évidence.
Lire la suite

« Comment fait-elle, Virginie Despentes, pour écrire autant de vies avec autant de langues, de destinées, de soubresauts, d’arrêts brutaux ou d’espérances folles ? L’eau fraîche, les odeurs, les parfums, les musiques, les psaumes de la nuit ne lui échappent jamais. Les sexes dans les pantalons, les désirs dans les vêtements, les crises, les doutes, tout chez Despentes vient comme une évidence. »
Marc Lavoine, Libération

www.liberation.fr/livres
Blog
Le texte de Despentes est d’une lucidité effroyable.
Acide et efficace, l’écriture laisse à peine au lecteur (ou auditeur) le temps de souffler.
Lire la suite

Elle met dans la bouche de certains personnages toute la haine et la rancœur qu’on peut trouver dans notre société, le racisme, le sexisme, l’abandon de soi. Elle brosse le portrait d’un Paris violent et cruel, d’une société âpre et en déclin. Acide et efficace, l’écriture laisse à peine au lecteur (ou auditeur) le temps de souffler. Beaucoup ont parlé de claque, c’est vrai qu’on n’en ressort pas indemne, et, même si je n’ai pas tout aimé, j’apprécie les livres qui bousculent et je ne manquerai pas de lire ou d’écouter la suite. A souligner la remarquable interprétation du lecteur Jacques Frantz qui, avec une telle voix, incarne si bien Vernon et son monde…

http://doucettement.over-blog.com/
Presse
Accro à Subutex
Tout chez Despentes vient comme une évidence.
Lire la suite

« Comment fait-elle, Virginie Despentes, pour écrire autant de vies avec autant de langues, de destinées, de soubresauts, d’arrêts brutaux ou d’espérances folles ? L’eau fraîche, les odeurs, les parfums, les musiques, les psaumes de la nuit ne lui échappent jamais. Les sexes dans les pantalons, les désirs dans les vêtements, les crises, les doutes, tout chez Despentes vient comme une évidence. »
Marc Lavoine, Libération

www.liberation.fr/livres