Parution : 11/09/2019Durée : 9h46Collection : Documents et essais
Ecouter un extrait audio

Commander selon votre format

CD19,90  €
Numérique17,95  €
Acheter votre format
Couverture
Couverture : Claude-Marie Dubufe, Joseph Fouché, duc d’Otrante en 1809 (détail). Châteaux de Versailles et de Trianon. ©RMN– Grand Palais / Franck Raux
Stefan Zweig signe une biographie, qui se lit comme un roman, sur l’un des personnages les plus énigmatiques de l’Histoire, Joseph Fouché.
Cette figure d'homme de l’ombre, et fin manipulateur, peut aider à comprendre la figure de l’homme politique d’aujourd’hui : passionnant.

Joseph Fouché (1759-1820) est l’une des figures les plus énigmatiques de son temps. Il a servi avec zèle la République, le Directoire, le Consulat, l'Empire et la Monarchie. Homme de l'ombre, disciple de Machiavel, Fouché aura survécu à tous les changements de régime sans jamais se départir de cette « absence de conviction » qui fascina Balzac autant que Stefan Zweig.
Élève chez les Oratoriens, il devint sous la Révolution un pilleur d'églises. Conventionnel modéré, il vota la mort du roi et participa activement au massacre des Lyonnais royalistes. Ambassadeur du Directoire à Dresde, il cambriola son ambassade. Ministre de la Police, à l'abri derrière ses fiches et ses mouchards, il tint tête à Talleyrand et à Bonaparte. Signataire du premier manifeste sur l'égalité, il meurt richissime, duc d'Otrante et sénateur.
Joseph Fouché, c'est l'art du reniement, la grâce du traître. Il n'y a pas de personnalité plus décriée que cet homme politique au sang-froid.

Stefan Zweig nous donne ici un saisissant portrait de Fouché, en qui il voit la première incarnation d’un type politique moderne : l’homme de l’ombre, dissimulé, manipulateur, actionnant en coulisses les mécanismes du pouvoir réel.

Illustrations sonores tirées de Beethoven : Symphonie n°7, deuxième mouvement, Allegretto

L'écoute en classe de ce CD est autorisée par l'éditeur.