Paru le : 17/04/2019Durée : 13h42Collection : Documents et essais
Ecouter un extrait audio

Commander selon votre format

CD25,90  €
Numérique23,45  €
Acheter votre format
Couverture : Photographie de couverture : Getty Images.
Dans un style percutant, David Graeber décrit et analyse ces « boulots à le con », qui se multiplient ces dernières années. Qui décrète les tâches « utiles et importantes » ? Qui définit les valeurs sociales et collectives du travail ? Appelant à une réorganisation des valeurs et du sens, au profit du travail créatif et « aidant », David Graeber démontre une des sources du mal-être social, et propose des solutions pour y remédier.

Alors que le progrès technologique a toujours été vu comme l’horizon d’une libération du travail, notre société moderne repose en grande partie sur l’aliénation de la majorité des employés de bureau. Beaucoup sont amenés à dédier leur vie à des tâches inutiles, sans réel intérêt et vides de sens, tout en ayant pleinement conscience de la superficialité de leur contribution à la société. C’est de ce paradoxe qu’est né et s’est répandu, sous la plume de David Graeber, le concept de « bullshit jobs » – ou « jobs à la con », comme on les appelle en français.
Dans son style unique, virulent et limpide, l’auteur procède ici, après cinq ans d’enquête, à un examen poussé de ce phénomène. Graeber s’appuie sur les réflexions de grands penseurs, philosophes et scientifiques pour déterminer l’origine de cette anomalie, tant économique que sociale, et en détailler les conséquences individuelles et politiques : la dépression, l’anxiété, les relations de travail sadomasochistes, l’effondrement de l’estime de soi… Graeber en appelle finalement à une révolte du salarié moderne ainsi qu’à une vaste réorganisation des valeurs, qui placerait le travail créatif et aidant au coeur de notre culture et ferait de la technologie un outil de libération plutôt que d’asservissement, assouvissant enfin notre soif de sens et d’épanouissement.