Écoutez, c'est un livre !

NEWSLETTER
Dans un pénitencier de Louisiane, au bloc E où sont détenus des condamnés à mort, tout change à l'arrivée d'un colosse nommé John Caffey, condamné pour le viol et le meurtre de deux petites filles. L'horreur des faits contraste avec la douceur et la gentillesse de John, qui semble aussi doté de pouvoirs surnaturels. La Ligne verte est un chef-d’œuvre, un bijou d’humanité et d’intelligence.
Paul Edgecombe, ancien gardien-chef d’un pénitencier dans les années 1930, entreprend d’écrire ses mémoires. Il revient sur l’affaire John Caffey – ce grand Noir au regard absent, condamné à mort pour le viol et le meurtre de deux fillettes – qui défraya la chronique en 1932.

La Ligne verte décrit un univers étouffant et brutal, où la défiance est la règle. Personne ne sort indemne de ce bâtiment coupé du monde, où cohabitent une étrange souris apprivoisée par un Cajun pyromane, le sadique Percy Wetmore, et Caffey, prisonnier sans problème. Assez rapidement convaincu de l’innocence de cet homme doté de pouvoirs surnaturels, Paul fera tout pour le sauver de la chaise électrique.
 
Aux frontières du roman noir et du fantastique, ce récit terriblement efficace et dérangeant est une brillante réflexion sur la peine de mort.
Une lecture tout en maîtrise et sensibilité par Jean-Philippe Puymartin, la voix française de Tom Hanks au cinéma, qui incarne Paul dans l’adaptation culte de Frank Darabont.