Écoutez, c'est un livre !

NEWSLETTER
Photo © Thomas Goisque pour Le Figaro Magazine
En 2006 sous presque 50°C, Sylvain Tesson va arpenter un vaste territoire à vélo et partir à la rencontre du monde qui l’entoure. En découle un récit de voyage puissant qui fait un parallèle inédit entre l'énergie naturelle humaine et les énergies « artificielles » que produisent nos sociétés. Une réflexion essentielle sur notre dépendance au pétrole et sur les enjeux planétaires reliés à l'environnement.
J’irai de l’Aral à la Caspienne. Je gagnerai l’Azerbaïdjan à bord d’un ferry. De Bakou, je cheminerai vers la Turquie par la Géorgie. À pied, à vélo, je ne le sais pas encore, mais loyalement, sans propulsion motorisée. Au bout de ma route, j’aurai relié trois mers, abattant le même trajet que celui d’une larme d’or noir de la haute Asie convoyée à travers steppes et monts pour que le monde poursuive sa marche folle. Profitant de cette traversée de terres à haute valeur pétrolifère, je consacrerai mon temps d’avancée solitaire à réfléchir au mystère de l’énergie. Celle que nous extrayons des strates de la géologie mais aussi celle qui attend son heure au plus profond de nous.

Pétrole et force vitale procèdent du même principe : l’être humain recèle un gisement d’énergie que des forages propices peuvent faire jaillir. Pourquoi nos ressorts nous poussent-ils à l’agitation au lieu de nous convertir à la sagesse zen ?
Cet ouvrage a reçu le prix Nomad's du récit de voyage 2007.