Vous êtes ici

Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur

Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur
Dans une petite ville d’Alabama, à l’époque de la Grande Dépression, Atticus
Finch élève seul ses deux enfants, Jem et Scout. Avocat intègre et rigoureux, il est commis d’office pour défendre un Noir accusé d’avoir violé une Blanche. Ce bref résumé peut expliquer pourquoi ce livre, publié en 1960 – au coeur de la lutte pour les droits civiques des Noirs aux États-Unis –, connut un tel succès.
Mais comment ce roman est-il devenu un livre culte dans le monde entier ? C’est
que, tout en situant son sujet en Alabama dans les années 1930, Harper Lee a
écrit un roman universel sur l’enfance. Racontée par Scout avec beaucoup de
drôlerie, cette histoire tient du conte, de la court story américaine et du roman
initiatique. Couronné par le prix Pulitzer en 1961, Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur
s’est vendu à plus de 40 millions d’exemplaires dans le monde entier.

Date de parution : 
14 Octobre 2015
Durée : 
11h35

Acheter au format CD

Prix public conseillé: 
23.90 €
Format: 
Livre audio 1 CD MP3
EAN Physique: 
9782367620367

Télécharger ce livre audio

Prix public conseillé: 
21.50 €
Format: 
audionumérique
EAN numérique: 
9782367620176

Commentaires

Un classique de la littérature américaine que je ne connaissais pas. Ce n’est pas difficile, je ne suis pas au top sur les classiques. Je suis très contente d’avoir pu le découvrir, sans LE prix Audiolib, pas sûr que je l’aurai écouté, j’aurai eu tort, j’ai beaucoup aimé! C’est un livre vraiment très bien écrit et même s’il n’y a pas beaucoup d’actions à proprement parlé, c’est un livre très formateur sur la vie en Amérique au début du XXème siècle et sur le racisme ordinaire envers les noirs. J’ai pris beaucoup de plaisir à laisser traîner cette histoire afin de passer plus de temps avec les personnages. Je vais sûrement prochainement me pencher sur la suite, toujours en audio, car je souhaite connaître l’évolution des personnages et des mentalités.

L'atout majeur de ce livre, c'est évidemment le point de vue que l'auteur a choisi. Le regard de Scout est un peu naïf, frais et centré sur sa propre vie avant de l'être sur le procès et ses conséquences. C'est néanmoins un regard qui semble davantage celui d'une adolescente qui se tourne vers son passé pour le raconter. Le style est simple, parfois naïf (mais faussement naïf), le regard cru et tendre de Scout permettant d’évoquer des réalités bien cruelles. Le procès de Tom Robinson suscite dans la ville un clivage entre les communautés qui donne à réfléchir à la petite fille qui ne saisit pas tout. Elle observe, tente d’interpréter et fait ce qu’elle peut avec l’aide de son frère. Comme il est plus âgé, il peut aussi lui expliquer ce qui se déroule sous leurs yeux parfois.

Le lecture de Cachou Kirsch est vraiment réussie. Pas facile pourtant de passer de la voix de Scout Finch, la narratrice, qui est une enfant, à celle des Noirs. Au final, je suis très heureuse de cette relecture. Je ne me suis pas centrée sur les mêmes aspects du texte et l’interprétation de la comédienne y a sans doute beaucoup contribué. L'intégralité de mon avis ici : http://echappees.fr/ne-tirez-pas-sur-loiseau-moqueur-harper-lee-lu-par-cachou-kirsch/

« Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur » est une petite merveille ! Un livre ou la culture et l’enseignement ont une place prépondérante face à ce que peut être la bêtise humaine. Scout est le genre de petite fille pour qui l’on craque immédiatement. Intelligente, un peu garçon manqué, elle idolâtre son père avocat de race blanche, qui va vouloir défendre un homme noir, accusé de viol par une jeune fille blanche. Scout raconte avec une naïveté enfantine, ses jeux avec Jemm, son frère et Dill son amis-amoureux et aussi le mythe de Boo Radley dont tout le monde connaît l’existence sans pour autant connaître son apparence. Habituée aux gens de couleurs, elle ne mesurera pas la dangerosité de la position prise par Atticus, son père, et son innocence juvénile sera la meilleure arme possible contre l’agressivité ambiante qui règne à Maycomb, Alabama. Jusqu’au jour où….. Mon avis : J’ai lu le roman il y a quelques années et viens d’écouter le texte en version livre lu. J’ai retrouvé avec plaisir la petite Scout, entendre ses réflexions leur donne encore plus d’impact. On ressent très bien sa candeur, mais aussi toute sa détermination. De plus, ce roman est truffé de phrases lourdes de sens qu’il est bon d’entendre. "Il y a des gens qui ... qui sont si préoccupés par l'autre monde qu'ils n'ont jamais appris à vivre dans celui-ci et tu n'as qu'à descendre la rue pour en voir les résultats." J’ai beaucoup aimé la lecture de Kachou Kirsch, elle a une voix très claire, plutôt douce qui va assez bien à une petite fille, mais dans laquelle je n’ai pas retrouvé la Scout que je m’étais imaginée en lisant le texte. Je la sentais rebelle, revêche, franche et la portée de ses propos m’a semblé atténuée ici. Par contre, pour Atticus, le père, la lecture rend bien honneur à son statut d’homme calme et réfléchi. À ne pas manquer, un personnage attirant, un sujet captivant et une écriture fluide. Le premier et le seul roman d’Harper Lee, pendant très longtemps avant « Va et poste une sentinelle », est une petite merveille. À lire au moins une fois dans sa vie. "Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur" d'Harper Lee, fait partie des 10 titres de la sélection Prix Audiolib 2016.

Scout, fillette de 9 ans, nous raconte trois années de son enfance. Elle vit dans les années 30, dans une petite ville de l'Alabama avec son frère Jem, âgé de 13 ans, leur père Atticus avocat juste et intègre les élève seul avec l'aide de Calpurnia, la cuisinière noire. La première partie est assez légère, Scout raconte son quotidien, ses jeux avec Jem et Dill, les voisins, sa relation respectueuse avec Atticus. Un père qui sait donner des valeurs à ses enfants mais qui leur laisse également une certaine liberté. La deuxième partie, est plus sérieuse, Atticus a accepté de défendre un homme noire accusé du viol d'une jeune femme blanche. Dans cette petite ville du Sud des États-Unis, où règnent intolérance et racisme, Atticus et sa famille va être confronté aux insultes et aux menaces des membres de la communauté. J'ai vraiment adoré cette relecture audio, même si la première partie m'a paru plus longue que dans mes souvenirs. Cette partie a toute son importance pour planter le décor et pour la conclusion de cette histoire.

C'est avec enthousiasme que j'ai démarré cette écoute car j'avais beaucoup aimé la version papier de ce roman (mon avis est ici http://www.pagesdelecturedesandrine.com/article-ne-tirez-pas-sur-l-oiseau-moqueur-d-harper-lee-55987365.html ). La lectrice, Cachou Kirsch, est vraiment excellente pour interpréter les différents personnages sans en faire trop. Elle est notamment parfaite pour les voix des personnages noirs et parait tout à fait naturelle. J'ai retrouvé ce que j'avais aimé dans la version papier, les relations entre les enfants, la façon dont Atticus élève Jem et Scout. En revanche la version audio m'a paru très longue et j'ai eu l'impression que je n'arriverai jamais au bout. Je n'avais pas du tout eu ce ressenti là lors de ma première lecture. J'ai donc été déçue car je m'attendais à être aussi emballée que la première fois.

D'après une enquête réalisée aux Etats-Unis en 1990 sur les livres qui ont changé la vie de leurs lecteurs, "Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur" arriverait en seconde position après la bible. Il a été publié en 1960 au cœur de la lutte pour les droits civiques des noirs américains. Scout nous raconte trois années de son enfance dans une petite ville d'Alabama, au sud des Etats-Unis. A l'époque du récit, elle vit avec son père, Atticus Finch, et son frère Jem, un peu plus âgé qu'elle. Leur mère est décédée. Atticus, homme intègre et d'une grande tolérance, tente d'enseigner à ses enfants les valeurs auxquelles il croit, dans une ville où les habitants sont bourrés de préjugés. L'exercice de son métier l'amène à être nommé commis d'office pour défendre un noir accusé d'avoir violé une blanche. Les mentalités et le racisme sont tels dans la ville, que Scout et son frère sont montrés du doigt dans tout le village comme étant les enfants de « l'ami des nègres ». Dans la première partie, l'histoire se met en place. Le temps s'écoule doucement, peut-être un peu trop pour les lecteurs. Cela dit, le récit de la jeune Scout ne manque pas de piment et nous fait passer le temps très agréablement. La deuxième partie, plus dynamique, est consacrée principalement à la période du procès. Nous vivons au rythme de l’événement qui déchaîne les passions dans la ville de Maycomb. Atticus Finch n'exclue pas ses enfants du procès, ce serait de toute façon impossible vu son retentissement dans la ville. Propulsés prématurément dans le monde des adultes, la vie des enfants bascule. Ce livre est pour moi une relecture. Je me souvenais bien des deux premières parties mais j'avais plus ou moins oublié le dénouement, qui relie adroitement les deux parties. Les enfants reçoivent une ultime leçon de tolérance et d'humilité. Le contexte culturel et historique de cette histoire est passionnant mais ce qui a surtout retenu mon attention à la relecture, c'est l'éducation des enfants. Quel père merveilleux, cet Atticus Finch et quel homme exemplaire. La version audio est réussie. Cachou Kirsch (dont j'avais apprécié la lecture du "goût des pépins de pommes") a un timbre de voix qui colle bien avec la jeunesse de la narratrice. Elle utilise l'accent des noirs américains quand ces derniers s'expriment, rendant plus vivant encore le récit. Une belle interprétation audio du roman culte d'Harper Lee.

Un classique de la littérature américaine que je ne connaissais pas. Ce n’est pas difficile, je ne suis pas au top sur les classiques. Je suis très contente d’avoir pu le découvrir, sans le prix Audiolib, pas sûr que je l’aurai écouté, j’aurai eu tort, j’ai beaucoup aimé! C’est un livre vraiment très bien écrit et même s’il n’y a pas beaucoup d’actions à proprement parlé, c’est un livre très formateur sur la vie en Amérique au début du XXème siècle et sur le racisme ordinaire envers les noirs. J’ai pris beaucoup de plaisir à laisser traîner cette histoire afin de passer plus de temps avec les personnages. Je vais sûrement prochainement me pencher sur la suite, toujours en audio, car je souhaite connaître l’évolution des personnages et des mentalités.

J’ai beaucoup aimé cette relecture audio. Cachou Kirsch rend très bien la narration par Scout qui est une enfant, sans pour autant rentrer dans des clichés. C’est une écoute très agréable. Une première partie centrée sur l’enfance de Scout et Jem, un peu longue peut-être mais qui permet d’installer l’ambiance de la ville et la façon dont Atticus, le père, élève ses enfants dans un esprit de confiance et de tolérance. La partie qui concerne le procès du jeune noir accusé de viol est vraiment poignante car elle est vue par les yeux d’enfants qui ne sont pas pervertis par un système injuste qui leur est totalement incompréhensible. Ce roman est très moderne –malheureusement- car ces situations existent encore mais l'espoir vient des enfants…

Alabama, période de la Grande Dépression. Scout est une petite fille lorsque son père, Atticus, est désigné commis d’office pour défendre un Noir accusé d’avoir violé une Blanche. L’histoire est entièrement racontée par Scout, elle a donc un côté roman d’apprentissage. Le ton est enfantin et il permet de dénoncer facilement le racisme de l’époque, l’ignorance, la peur de la différence et les comportements absurdes qui en découlent. Ce livre m’a passionnée même si certains éléments étaient parfois prévisibles. C’est avec un pincement au coeur que j’ai terminé mon écoute. J’aurais voulu continuer à suivre les aventures de Scout encore un peu. La personne qui lit le roman a une voix très agréable et joue bien le jeu des différents personnages. C’est très plaisant. En bref : à lire / écouter absolument !

J’avais forcément déjà lu des classiques de littérature américaine, comme « Sur la route » de Kerouac ou « Ulysse » de Joyce, « ne tirez pas sur l’oiseau moqueur », faisait partie de ces classiques qu’on se réserve pour plus tard… Et bien, c’est désormais chose faite pour moi, une découverte en version audio, qui m’a été très agréable au demeurant… Mais comment ce livre est-il devenu culte dans le monde entier ? C’est que, tout en situant son sujet en Alabama dans les années 1930, Harper Lee a écrit un roman universel sur l’enfance. Cette histoire tient du conte, de la court story américaine et du roman initiatique. Couronné par le prix Pulitzer en 1961, Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur s’est vendu à plus de 40 millions d’exemplaires dans le monde entier. Dans les années 1930, pendant la Grande Dépression, Atticus Finch, avocat droit et honnête, élève seul ses deux enfants, il est commis d’office pour la défense d’un homme de couleur, nommé Tom Robinson, accusé d’avoir violé une femme blanche, Mayella Ewell, qui témoigne contre lui au tribunal, ainsi que son père Bob Ewell. Au cours du procès, Atticus Finch conteste vigoureusement la culpabilité de Tom. Il met au jour les contradictions dans les versions des accusateurs : il démontre qu’en réalité c’est Mayella Ewell qui a fait des avances à Tom Robinson, et que c’est son père qui l’a battue après avoir surpris son comportement. Malgré les preuves claires de l’innocence de Robinson apparues pendant le procès, celui-ci est condamné puis emprisonné. Robinson tente désespérément de s’évader lors d’une promenade ; rattrapé par ses gardes, il est abattu. Ce bref résumé peut contribuer à vous illustrer, pourquoi ce livre, publié en 1960 – au coeur de la lutte pour les droits civiques des hommes de couleur aux États-Unis –, connut un tel succès… L’époque et les ambiances sont retranscrites avec talent et l’on se croirait sur place, tour à tour camarade de classe de Scout, ou public assistant à une audience au tribunal. Bien que les époques ne soient pas tout à fait les mêmes, je n’ai pas pu m’empêcher de penser à l’ambiance des romans de Mark Twain. C’est vraiment un livre incroyable et magique, tendre, poétique parfois, que je vous recommande chaudement…

L'expérience du livre audio est une première pour moi, j'en parlerais donc un peu en détail ici. Le fait de ne pas le lire mais l'écouter donne une autre compréhension du livre. L'actrice qui a fait la lecture à une voix très douce, j'ai vraiment apprécié ses différents tons pour chaque personnages. Je me suis peut-être un peu moins concentré sur l'histoire en l'écoutant, c'est un peu plus passif que la lecture classique. On ne tient pas le livre, on le lit pas, on ne tourne pas le page, on écoute simplement. du coup j'ai choisi l'option de l'écoute dans un parc calme, et c'était assez agréable. En bref, une histoire avec des enfants mais pour les adultes, touchant à diverses discriminations, une histoire qui prend le temps de se développer et une belle voix pour nous faire la lecture. J'aime, le conseil et le partage.

Je ne vais pas faire une longue critique, -je n'ai presque rien à dire, hormis le fait que ce livre m'a bouleversée au plus haut point, du début à la fin...Ne Tirez pas sur l'oiseau moqueur a été une véritable révélation, un petit bijou qu'il faut déguster, ou plutôt dévorer, enfin, une merveilleuse réflexion sur la condition humaine, et surtout sur l'enfance, portée par sa narratrice, Scout Finch. J'ai été emportée par l'histoire, les mots simples mais attachants de la petite fille, l'Humanité de son père, Atticus, ou encore la solitude de son voisin Boo Radley ; deux mots me restent d'ailleurs une fois ma lecture terminée : enfance, à travers les personnages de Scout, Jem et Dill, et, bien évidemment, tolérance, à travers le comportement d'Atticus lors de la condamnation injuste de son client Tom Robinson, simplement parce que ce dernier est Noir... Un chef d'oeuvre, voilà, la nature de ce roman d'Harper Lee.

Je ne vais pas faire une longue critique, -je n'ai presque rien à dire, hormis le fait que ce livre m'a bouleversée au plus haut point, du début à la fin...Ne Tirez pas sur l'oiseau moqueur a été une véritable révélation, un petit bijou qu'il faut déguster, ou plutôt dévorer, enfin, une merveilleuse réflexion sur la condition humaine, et surtout sur l'enfance, portée par sa narratrice, Scout Finch. J'ai été emportée par l'histoire, les mots simples mais attachants de la petite fille, l'Humanité de son père, Atticus, ou encore la solitude de son voisin Boo Radley ; deux mots me restent d'ailleurs une fois ma lecture terminée : enfance, à travers les personnages de Scout, Jem et Dill, et, bien évidemment, tolérance, à travers le comportement d'Atticus lors de la condamnation injuste de son client Tom Robinson, simplement parce que ce dernier est Noir... Un chef d'oeuvre, voilà, la nature de ce roman d'Harper Lee.

L'expérience du livre audio est une première pour moi, j'en parlerais donc un peu en détail ici. Le fait de ne pas le lire mais l'écouter donne une autre compréhension du livre. L'actrice qui a fait la lecture à une voix très douce, j'ai vraiment apprécié ses différents tons pour chaque personnages. Je me suis peut-être un peu moins concentré sur l'histoire en l'écoutant, c'est un peu plus passif que la lecture classique. On ne tient pas le livre, on le lit pas, on ne tourne pas le page, on écoute simplement. du coup j'ai choisi l'option de l'écoute dans un parc calme, et c'était assez agréable. En bref, une histoire avec des enfants mais pour les adultes, touchant à diverses discriminations, une histoire qui prend le temps de se développer et une belle voix pour nous faire la lecture. J'aime, le conseil et le partage.

Ajouter un commentaire

Commenter

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Ils ont parlé de ce livre audio :

Ce classique de la littérature livre une vision poignante de la question brûlante du racisme dans l'histoire des États-Unis : tout nouveau au catalogue mais déjà indispensable. ...

Anne-Lise Remacle

Dernières actualités liées à ce livre audio :

Livres audio du même auteur