Vous êtes ici

Esprit d'hiver

Réveillée tard le matin de Noël, Holly se voit assaillie par un sentiment d’angoisse inexplicable. Rien n’est plus comme avant. Le blizzard s’est levé, les invités se décommandent pour le déjeuner traditionnel. Holly se retrouve seule avec sa fille Tatiana, habituellement affectueuse, mais dont le comportement se révèle de plus en plus étrange et inquiétant…

L'interprétation d'Irène Jacob aiguise à chaque mot l’inquiétude et l’étrangeté.

Date de parution : 
16 Avril 2014
Durée : 
7h57

Acheter au format CD

Prix public conseillé: 
21.90 €
Format: 
Livre audio 1 CD MP3 - 656 Mo
EAN Physique: 
9782356417084

Télécharger ce livre audio

Prix public conseillé: 
19.70 €
Format: 
audionumérique
EAN numérique: 
9782356417329

Commentaires

Pour un dépucelage de cet auteur, j'avoue avoir été totalement conquise. Je me suis totalement laissée happer par une ambiance lourde et pourtant duveteuse.rnHolly a adopté Tatiana bébé, dans un orphelinat en Sibérie, et pourtant, c'est aux Etats-Unis que j'ai ressenti le plus l'air glacial (le temps de début novembre y a grandement contribué). Les sentiments de l'héroïne, surtout en ce qui concerne les passages en Russie, étaient judicieusement décrits. En termes simples, mais qui ont su marquer leur empreinte. Je me souviendrai longtemps de ce passage où une infirmière apporte le bébé, lavé, habillé de la plus belle robe miteuse de tout le bâtiment, le tout auréolé par un soleil éclatant, comme si celui-ci voulait faire aimer la petit fille aux yeux si grands, alors que de toute manière, Holly l'aimait déjà de tout son coeur.rnLaura Kasischke est la reine des tasses à Disney. Au début, c'est marrant, c'est coloré, ça tourne un peu la tête. C'est drôle. Mais au bout de quelques instants, on se sent mal, on veut partir, mais on est collé à son siège et de toute manière, la barrière ne s'ouvrira pas avant l'arrêt complet du manège.rnEn gros c'est ça, on sent le glauque arriver, mais on n'y peut rien, on reste jusqu'au bout.

Pour un dépucelage de cet auteur, j'avoue avoir été totalement conquise. Je me suis totalement laissée happer par une ambiance lourde et pourtant duveteuse.rnHolly a adopté Tatiana bébé, dans un orphelinat en Sibérie, et pourtant, c'est aux Etats-Unis que j'ai ressenti le plus l'air glacial (le temps de début novembre y a grandement contribué). Les sentiments de l'héroïne, surtout en ce qui concerne les passages en Russie, étaient judicieusement décrits. En termes simples, mais qui ont su marquer leur empreinte. Je me souviendrai longtemps de ce passage où une infirmière apporte le bébé, lavé, habillé de la plus belle robe miteuse de tout le bâtiment, le tout auréolé par un soleil éclatant, comme si celui-ci voulait faire aimer la petit fille aux yeux si grands, alors que de toute manière, Holly l'aimait déjà de tout son coeur.rnLaura Kasischke est la reine des tasses à Disney. Au début, c'est marrant, c'est coloré, ça tourne un peu la tête. C'est drôle. Mais au bout de quelques instants, on se sent mal, on veut partir, mais on est collé à son siège et de toute manière, la barrière ne s'ouvrira pas avant l'arrêt complet du manège.rnEn gros c'est ça, on sent le glauque arriver, mais on n'y peut rien, on reste jusqu'au bout.

A la lecture du synopsis, je m'attendais à un livre fantastique, quelque chose d'inquiétant, un peu dans la lignée du Horla et de tous ces livres dont on ne sait jamais vraiment si ce qui se passe est réel ou complètement fantastique. Je retrouvais également avec joie la voie d'Irène Jacob (dont j'avais apprécié la voie à l'écoute de Certaines n'avaient jamais vu la mer). Tout était donc prêt pour un bon moment littéraire. Tout au long de mon écoute, je me suis demandée si Holly était folle ou si sa fille était un petit démon tout droit sorti d'un livre fantastique. Ce huis clos était parfois très oppressant et ajoutait au malaise ressenti. Les digressions ont maintenu le niveau de suspens bien haut tout au long de l'histoire mais c'était parfois trop (les digressions, pas le suspens) et j'ai trouvé que le livre tirait en longueur pour rien. La fin m'a littéralement scotchée ! Je n'en dirai pas plus car c'est elle qui finalement, à mon goût, relève le niveau du livre de « passable » à « pas mal ».

Esprit d'Hiver est un récit d'une force inouïe, le fantastique transpire par tous les pores des personnages. Parfois on se lasse du procédé, estimant que Holly serait sans doute devenue folle, jusqu'à l'épilogue, véritable coup de massue qui nous permet d'entrevoir le glauque dans toute sa splendeur. Reviennent alors en flash tous les moments où le doute s'immisçait. Et on termine alors l'écoute de ce roman avec un froid sibérien en nous. Et si cet esprit d'hiver rôdait derrière moi ? La lecture de ce livre audio, en revanche, ne m'a pas du tout convaincue. La voix suave Irène Jacob et ses cris lors de montées de tension sonnaient faux...

Ajouter un commentaire

Commenter

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Ils ont parlé de ce livre audio :

L'atmosphère est suffocante. Le sentiment d'angoisse indéfinissable mais inapaisable. Holly le ressent. Du coup, porté par la prose superbe de l'Américaine Laura Kasischke et la voix...

J.-C. V.

Dernières actualités liées à ce livre audio :