Vous êtes ici

En finir avec Eddy Bellegueule

En finir avec Eddy Bellegueule
« Je suis parti en courant, tout à coup. Juste le temps d'entendre ma mère dire Qu'est-ce qui fait le débile là ? Je ne voulais pas rester à leur côté, je refusais de partager ce moment avec eux. J'étais déjà loin, je n'appartenais plus à leur monde désormais, la lettre le disait. Je suis allé dans les champs et j'ai marché une bonne partie de la nuit, la fraîcheur du Nord, les chemins de terre, l'odeur de colza, très forte à ce moment de l'année. Toute la nuit fut consacrée à l'élaboration de ma nouvelle vie loin d'ici. »
En vérité, l'insurrection contre mes parents, contre la pauvreté, contre ma classe sociale, son racisme, sa violence, ses habitudes, n'a été que seconde. Car avant de m'insurger contre le monde de mon enfance, c'est le monde de mon enfance qui s'est insurgé contre moi. Très vite j'ai été pour ma famille et les autres une source de honte, et même de dégoût. Je n'ai pas eu d'autre choix que de prendre la fuite. Ce livre est une tentative pour comprendre.

L’interprétation de Philippe Calvario, d’une impeccable justesse, rend dramatiquement présent le douloureux cheminement, entre violences et humiliations, d’un jeune garçon confronté à sa « différence ».

Suivi d'un entretien avec l'auteur
Date de parution : 
14 Mai 2014
Durée : 
4h42

Acheter au format CD

Prix public conseillé: 
19.00 €
Format: 
Livre audio - 1 CD MP3 - 646 Mo - Suivi d'un entretien avec l'auteur
EAN Physique: 
9782356417268

Télécharger ce livre audio

Prix public conseillé: 
17.10 €
Format: 
audionumérique
EAN numérique: 
9782356417466

Commentaires

Pendant la lecture de ce roman, j'avoue, je me suis lassée. Cela pourra paraitre surprenant, mais l'accumulation de portraits a fini par m'ennuyer. J'attendais qu'il se passe vraiment quelque chose, qu'Eddy parte à Paris, que sa vie change puisqu'il s'agit apparemment de sa vraie vie et qu'il est aujourd'hui normalien. Il y a donc bien eu à un moment quelqu'un qui lui a permis de s'en sortir, l'école a finalement fait son travail tout de même ! Et pourtant, ce roman est une longue litanie de plaintes, de pleurnicheries, et je pense aussi d'ingratitude. Edouard Louis semble en pleine crise d'adolescence, dans sa phase d'opposition où il lui faut "tuer le père". Il écrit donc un bouquin pour crier à la face du monde tout ce qu'il pense de sa famille, comme s'il lui crachait dessus. Mais je ne suis pas psychanalyste, je n'ai pas envie de connaître sa vision des choses. Je suis aussi d'origine picarde, le nom de jeune fille de ma grand-mère est Beauvisage et ma mémé disait du "chuc", ce que l'auteur déteste absolument. Eh bien moi pas du tout.

Un coup de poing. C'est ce que j'ai ressenti à l'écoute de ce livre pourtant dérangeant sur la misère sociale et intellectuelle. Je recommanderai ce livre d'Edouard Louis mais j'ai du mal à donner un véritable avis pour ou contre.

Eddy est né dans le Nord, dans une famille socialement et intellectuellement défavorisée. Il a le malheur d’être efféminé et la société dans laquelle il vit va le lui faire payer à coups d’insultes, d’humiliation et de violence physique. Ce livre m’a vraiment bouleversée, l’écoute fut parfois difficile par son côté cru et le fait que ce soit une autobiographie rend la chose encore plus dramatique. C’est fou de voir à quel point un enfant né dans une famille bourrée de préjugés et d’idées arriérées peut être détruit et violenté. J’ai été mal à l’aise et révoltée. J’aurais du mal à conseiller ce livre car même s’il est très bien, il est aussi très très dur. L’auteur a eu beaucoup de courage pour l’écrire.

Le lecteur, Philippe Calvario, est très bon. J’ai préféré sa voix à celle de l’auteur présente dans l’interview de fin. Le lecteur parvient à exprimer avec beaucoup de justesse les mots d’Edouard Louis. Il ne tombe jamais dans la caricature et oscille facilement entre le vocabulaire argotique et le vocabulaire soutenu.

Alors oui, j'ai trouvé ce texte bouleversant et bien écrit, oui, cela semble plausible, mais où est la vérité ? Ce qui est certain, c'est que le témoignage d'Eddy est de ceux qui marquent et que ce qu'il raconte sent le vécu. Le lecteur m'a un peu déroutée de prime abord, avec sa voix particulière, mais finalement j'ai trouvé qu'elle collait parfaitement au récit et au personnage d'Eddy.

J'avais une petite appréhension avant de démarrer cette écoute car je connaissais le sujet de ce roman et j'avais peur que ce soit très difficile à entendre. Tout d'abord le lecteur est excellent, il ne force pas sa voix et arrive cependant à jouer sur les intonations des différentes personnes. L'écoute de ce livre a donc, finalement, été facile et je suis vraiment contente d'avoir franchi le pas.

Dans la version imprimée, les passages en langage "familier" sont mis en italique par rapport au passage plus littéraire. Dans la version audio, le lecteur ne peut pas rendre cette différentiation, c'est à l'auditeur de faire la part des choses en fonction du vocabulaire employé. La force des mots est décuplée dans la version audio et même si je découvrais ce texte pour la seconde fois, la violence des mots m'a frappée tout autant que la première fois. Certains passages deviennent dérangeants car la souffrance d'Eddy est si forte que j'en avais les larmes aux yeux.

J'ai aimé ce livre, je le considère comme un de ces romans coups de poing qui vous prend aux tripes. Ce n'est pas un coup de cœur, sans doute à cause de toutes les polémiques qui ont gravité autour et qui m'ont fait me poser beaucoup de questions, mais je suis contente de l'avoir lu.[...] Quant à la version audio, je l'ai trouvée très réussie. Le lecteur, Philippe Calvario, est devenu pour moi Eddy Bellegueule ou plutôt Edouard Louis et quand j'ai écouté l'entretien à la fin, j'ai été d'abord surprise que ce ne soit plus la même voix! Dans le texte écrit je sais que les parties dites par des gens du village, la famille, sont en italiques pour marquer la différence de registre de langue mais Philippe Calvario arrive très bien à rendre cette différence à l'oral. Il appuie sur certains mots de manière à faire ressentir une colère, une violence sans que le ton ne soit artificiel. J'ai beaucoup apprécié cette écoute.

Le lecteur a su trouver le juste ton et adapter sa voix aux deux registres de langues utilisées par l'auteur (celle de son milieu d'origine et celle qu'il utilise aujourd'hui). Une interview de l'auteur constitue un bonus très appréciable. Un texte qui ne peut laisser indifférent, qui soulève beaucoup de questions et se lit sous plusieurs angles différents.

C’est une histoire difficile et lourde à porter pour un si jeune homme. Il faut un sacré courage pour oser la partager avec des millions de lecteurs. C’est une lecture qui ne laisse pas indifférent, qui questionne, bouleverse… mais c’est aussi une lecture qui rend tellement mal à l’aise, où l’on se sent voyeur malgré nous, embarqué au plus profond de l’intimité de quelqu’un qui se cherche, et qui cherche surtout à fuir une vie qui n’est pas la sienne.

Aussi, oui, c'est un premier roman bien écrit, mais cette haine purulente qui transpire par tous les pores des lignes m'a énervée et agacée. Encore une fois on enfoncera encore le clou en se forgeant, à tort, l'image d'une picardie presque zolienne ? vivent les généralités. Encore une fois on pointera du doigt la campagne homophobe et arriérée. Un roman d'une caricature sans nom, glorifiée par la classe « bobo » parisienne.

Ajouter un commentaire

Commenter

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Ils ont parlé de ce livre audio :

L'interprétation de Philippe Calvario, comédien et metteur en scène - notamment aux côtés de Patrick Chéreau - est d'une impeccable justesse. Sa voix souligne le douloureux cheminement,...

Dernières actualités liées à ce livre audio :